ESPECES D’ESPACES

«Le problème n’est pas d’inventer l’espace, encore moins de le réinventer mais de l’interroger, ou, plus simplement encore, de le lire ; car ce que nous appelons quotidienneté n’est pas évidence, mais opacité : une forme de cécité, une manière d’anesthésie.»

En référence à Georges Perec et à sa façon d’aborder le territoire par l’écriture, j’ai mis en place un prototype de projet « Espèces d’espaces » permettant d’aborder un territoire en image, dans une confrontation permanente entre l’intériorité, ce qui est vécu, ressenti et des données objectives toponymiques, historiques et anthropologiques.

livrets

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2019 Chloé Colin
top